Tinariwen ou le désert, Ténéré, source d’inspiration infinie, pour le groupe de musique Algéro-malien qui a été nominé avec son disque Amadjar au 63eme GRAMMY Awards pour le meilleur album musique mondiale. La cérémonie aura lieu le 31 janvier 2021 sur CBS aux USA.

Avec son 9eme album « Amadjar » qui signifie «l’étranger de passage» en langue tamasheq sorti en 2019, ce collectif musical Touareg revient enchanter nos oreilles. Trouvant son inspiration dans l’immensité et le silence du Sahara, Tinariwen sont, sans doute, les plus célèbres musiciens Touarègues contemporains.

En voyage à longueur d’année pour des tournées à travers le monde, pour enregistrer en plein désert parfois, ou encore pour jouer pour le plaisir de soi et le plaisir du public, le son de Tinariwen est un mélange de notes produites par des instruments traditionnels et des guitares électriques.

A chaque album, le son pur et unique de Tinariwen nous raconte le quotidien du peuple Touarègue et nous plonge dans le désert, le temps d’une chanson.




La naissance du groupe Tinariwen

Tinariwen, est un groupe de musique, issu de Tessalit au nord est du Mali, dans l’Adrar des Iforas. Leur musique est une synthèse entre le blues, le rock, et la musique traditionnelle touarègue, on peut parler de blues touareg. C’est en effet au son des guitares électriques et acoustiques, que les Tinariwen portent les revendications de leur communauté. Les deux principaux leaders du groupe sont Ibrahim ag Alhahib et Alhousseini ag Abdoulahi.

Créé en 1982, le groupe a pris toute sa dimension avec la revendication touarègue dans les années 1990, en diffusant des messages d’espoir et de résistance à leurs compatriotes. Après avoir connu l’exil en Algérie puis les camps en Libye, ils sont rentrés au Mali les guitares en bandoulière. Depuis le retour de la paix, ils se sont consacrés à la diffusion de la culture touarègue grâce à leur musique et à des paroles évoquant autant l’amour du désert que les souffrances de leur peuple.

On compte de très nombreux morceaux à leur actif, enregistrés sur des cassettes qui ont circulé dans le Sahara. Leur premier album The Radio Tisdas Sessions est sorti en 2000, et c’est avec Amassakoul édité en 2004, que leur renommée atteint une dimension internationale. La sortie de cet album est un réel succès, le groupe fait figure d’ambassadeur des Touaregs à travers le monde grâce à leurs tournées en Europe et aux États-Unis.

Le documentaire « Teshumara, les guitares de la rébellion touareg »

Le cinéaste français Jérémie Reichenbach, vient de réalisé un film documentaire de 51 minutes, sur la « naissance » de ce groupe : « Teshumara, les guitares de la rébellion touareg ». Il replace cet avènement dans l’errance et l’exil du peuple touareg vécu à l’occasion du soulèvement des années 1990, et de la féroce répression du gouvernement malien de l’époque. Ce film a reçu en août, le grand prix 2006 du documentaire musical, de la Sacem.