Les autorités algériennes veulent profiter de la position géographique de Tamanrasset pour en faire un hub dédié au transport de passagers et de fret en Afrique. Selon un expert de l’aérien approché par Sputnik, un tel projet implique la création d’une nouvelle compagnie aérienne à capitaux mixtes qui desservira les principales villes du continent.

«Mesdames et messieurs, nous entamons notre descente sur l’aéroport international de Tamanrasset. Les passagers en correspondance pour Addis-Abeba, Brazzaville, N’Djaména et Le Caire sont priés de se diriger vers la zone de transit.» Cette annonce, les personnes qui voyagent en Afrique pourront peut-être l’entendre dans quelques années, à Tamanrasset.

En effet, la capitale du Hoggar, située à 2.000 kilomètres au sud d’Alger, a été choisie par les autorités algériennes pour accueillir le futur hub aérien destiné au continent africain. L’annonce a été faite par le Président Abdelmadjid Tebboune lors du Conseil des ministres qui s’est tenu le dimanche 4 octobre dernier.

«Le Président de la République a donné des orientations pour la préparation d’une plateforme pour un hub aéroportuaire de l’Algérie à Tamanrasset en collaboration avec les spécialistes et experts pour accéder aux marchés africains», indique un communiqué de la présidence.

Cette déclaration entre dans le cadre d’un nouveau plan de développement du secteur de l’aérien que le ministère des Transports est tenu de mettre en œuvre.

La situation stratégique de Tamanrasset

Le choix de Tamanrasset n’est pas fortuit. Cette ville du Sahel, située à la porte de l’Afrique de l’Ouest, dispose d’atouts solides pour devenir une plateforme aéroportuaire de premier plan. La création d’un hub –espace où les passagers en transit pourront se restaurer, dormir et faire des achats– nécessitera cependant la construction d’une nouvelle infrastructure. L’aéroport international existant Aguenar–Hadj Bey Akhamok, à usage civil et militaire, n’est pas adapté à un tel projet.

Lamine Chouiter, PDG de Melya Global Services, une société basée à Dubaï, est un homme d’affaires algérien qui a participé à l’implantation de compagnies aériennes dans les pays du Golfe. Il explique à Sputnik que l’Algérie doit profiter de la position stratégique de Tamanrasset pour développer son économie. Pour illustrer les atouts de «Tam», il cite l’exemple d’un passager qui souhaite aller de Dakar à N’Djamena. «Pour ne faire qu’une seule escale, notre voyageur doit actuellement transiter par Paris. Un périple harassant de 24 heures en moyenne qui coûte plus de 1.000 euros. Une étape dans le Sud algérien raccourcira l’itinéraire de plusieurs heures pour un tarif largement inférieur.»

«La création d’un hub aérien dans la région du Hoggar est certainement un des plus grands projets qui sera lancé en Algérie. J’ai l’impression que l’annonce du Président Abdelmadjid Tebboune n’a pas été appréciée à sa juste valeur dans son propre pays. Elle est pourtant révolutionnaire. Des amis de plusieurs États africains, des personnalités politiques et des hommes d’affaires ont accueilli avec joie cette déclaration», affirme Lamine Chouiter.
Il regrette cependant que ce projet ne soit pas accueilli comme il se doit par les milieux économiques algériens.