Le jeune homme algérien créatif, Radouane Tahri, a choisi de photographier la vie dans le désert algérien, comme vous ne l’avez jamais vu auparavant dans un documentaire intitulé “The Lost Land”, dans lequel les animaux sauvages menacés et les animaux rares apparaissent dans le monde et ont été vus pour la première fois dans le désert algérien. Les vidéos de Radouane National Geographic sont en compétition.

D’un jeune amateur à un photographe professionnel

Radouane, le fils de Béchar, a réussi à obtenir un grand succès, car son documentaire “The Lost Land”, qu’il a photographié en un temps record, a atteint plus d’un million de vues sur YouTube. La photographie était une passion pour lui depuis son jeune âge, et il l’a pratiquée en tant qu’amateur jusqu’en 2008, quand il a commencé à publier sur YouTube des vidéos représentant la faune sauvage dans le désert.

Radouane fait tout par lui-même, réalisant, scénarisant, filmant. Tout est dans le conducteur et l’équipage du bateau. Le jeune homme vise à promouvoir le tourisme désertique marginalisé, à mettre en valeur le bétail dans le désert algérien et à attirer des milliers d’adeptes via YouTube.

Il passe son temps à traquer les animaux

Par des moyens simples et des doigts magiques, Radouane a réussi, pendant 3 ans, à photographier, à passer des jours et des nuits dans le désert en suivant les pas des animaux et en se déplaçant d’une région à l’autre selon les nouvelles de cet animal ou cela. Radouane n’est pas comme les autres photographes, ce sont des images de la vraie vie sauvage et non pas un protectorat clair, mais la vie Le véritable animal sauvage, ce qui augmente la difficulté du travail et sa haute technicité.

Les œuvres de Radouane représentent une documentation de la faune du désert car elle commence par les batailles qui éclatent entre certains animaux pour survivre, en passant par de tristes histoires, l’absence de statistiques sur certains des animaux en voie de disparition qui l’ont poussé à les documenter à travers les vidéos, et donc, d’autre part, Radouane a prouvé qu’il était capable d’offrir des normes internationales qui rivalisent avec des documents privés. National Geographic ».




Un monde animal étonnant

Le jeune homme talentueux paie les frais de son voyage de son propre argent, et prend à travers les vidéos les téléspectateurs de la vie mystérieuse dans le désert, et ce qu’elle cache des secrets et de la grande richesse animale et d’un bon nombre d’oiseaux et de chiens d’eau rares, qui ne vivent que dans les rivières, mais coexistent avec la nature chaude, Et en compétition pour la vie et des faits passionnants sur les races animales, l’élevage et l’extinction dans les déserts de l’Algérie, au sommet desquels se trouvent les cerfs de l’Atlantique, dont la particularité est sa présence au Maghreb uniquement.

Le documentaire de Radouane aidé à filmé une nouvelle race de hérisson, que les chercheurs pensaient être une seule espèce, et grâce à lui, il révèle l’existence d’un nouveau type de hérisson, en plus du “caribou des montagnes”, qui est un fléau privé de recherches universitaires, en plus du “blaireau à miel”, qui fait mourir les humains par Sa concurrence pour la nourriture se trouve dans une zone à environ 150 km de Béchar, et la région contient 3 types de cerfs, tels que le cerf Oryx, un type que les États du Golfe ont baptisé pour leur reconstruction, et un autre qui a été éteint d’Algérie en 2008, par l’action de la chasse aléatoire.

Son succès mondial

Les photos étonnantes que Radouane prend pour la faune dans le désert d’Algérie attirent des adeptes de l’intérieur et de l’extérieur du pays, qui interagissent avec les vidéos diffusées sur YouTube ainsi que les photos qu’il publie sur sa page Facebook, Nature Algérie, où des journaux scientifiques russes ont publié des photos prises par Radouane  d’animaux vivant à Béchar, à l’intérieur Une collection de photos et d’articles pour des chercheurs de différents pays du monde sur les faits scientifiques de l’animal, tel qu’utilisé par un chercheur allemand dans la science des aigles dans l’un des deux livres écrits par Radouane Tahri.

Le talentueux photographe travaille au sien des associations locales depuis 2001, et son association actuelle est enregistrée au niveau de l’Union européenne et a une succursale locale ici, et il espère que les réserves du désert seront respectées et protégé de la chasse aléatoire qui conduit à l’extinction et à la mort des animaux sauvages.

Radouane confirme que l’Algérie cache des trésors qui génèrent des milliards dans les trésors publics du trésor public s’ils font le meilleur usage du tourisme. Il a reçu de nombreuses offres des chaînes du Golfe pour acheter son entreprise, mais il aspire à commercialiser son produit en Algérie.