En Algérie, les autorités envisagent d’avoir recours aux énergies renouvelables et au nucléaire pour réduire la dépendance au gaz dans la production électrique.

En effet, 45 des 144 milliards de mètres cubes de gaz naturel produits par le pays sont utilisés pour la production électrique. Ils comptent accomplir leurs plans en s’appuyant sur les compétences internes.

« L’Algérie œuvre actuellement à développer des compétences nationales pour réaliser, à l’avenir, la première station locale de production électrique à partir de l’énergie nucléaire, et le développement des autres utilisations de cette énergie, notamment dans le domaine médical et pharmaceutique », a affirmé Mohamed Arkab, le ministre de l’Energie.

Le pays, qui possède déjà 4 centres de recherche nucléaire à des fins pacifiques, compte passer à l’étape supérieure. Il pense pouvoir même réduire le délai de construction d’une telle centrale qui s’étend entre 15 et 20 ans.

De son côté, Chahar Boulakras, le directeur général de la compagnie énergétique nationale Sonelgaz a affirmé : « l’expérience acquise par la Sonelgaz dans le domaine des énergies renouvelables, à travers 350 MW d’énergie propre produite jusque-là, permet de concrétiser le programme national (de développement d’énergies renouvelables ndlr) classé parmi les priorités de l’Etat ».