Henley & Partners a mis à jour, mardi 13 octobre, son classement mondial des passeports. Le passeport algérien garde le même indice de mobilité mais remonte dans le classement.

Le cabinet britannique Henley & Partners vient de mettre à jour son classement des passeports alors que les restrictions de voyage commencent à être levées et la mobilité mondiale est en plein changement. Le passeport algérien gagne quelques places dans ce classement par rapport au mois de juillet 2020.

En effet, et selon le « Henley passport index », le document algérien vient de passer à la 89e place sur 106, alors qu’il était à la 92e position au mois de juillet.

Mais le score de mobilité avec le passeport algérien n’a pas changé. Il est toujours de 51, indiquant ainsi que 51 destinations sont accessibles avec ce document, sans visa, ou bien avec visa à l’arrivée.

Le passeport tunisien, premier du Maghreb

À la tête du classement mondial, on retrouve le passeport japonais à la première place. Celui de Singapour à la 2e place et le passeport de la Corée du Sud ainsi que celui de l’Allemagne se partagent la 3e place.

Au Maghreb, le passeport tunisien est toujours à la première place. Classé à la 71e position mondialement, son indice de mobilité est de 71. Le passeport marocain est 2e au Maghreb. Il est classé à la 76e place au monde, permettant ainsi de voyager vers 64 destinations sans visa.

Changement du classement quand on prend en compte les restrictions de voyage

Au début de l’année, par exemple, le passeport américain était classé en 6e position dans le Henley Passport Index et les Américains pouvaient voyager sans problème vers 185 destinations dans le monde.

Mais le nombre de destinations a chuté de plus de 100, les détenteurs d’un passeport américain pouvant actuellement accéder à moins de 75 destinations. Ceci placerait le document américain juste avant le passeport tunisien.

Le déclin de la mobilité et de la puissance des passeports pour des pays comme l’Inde et la Russie a été moins dramatique, mais néanmoins révélateur d’un changement général. Les citoyens russes avaient accès à 119 destinations avant l’épidémie de Covid-19, mais peuvent actuellement voyager vers moins de 50, amenant sa mobilité au niveau de celle que procure le passeport algérien.