Daiffa NessahraLa peintre autodidacte Daiffa est originaire d’El Menia dans la wilaya de Ghardaïa, connue, non seulement en Algérie mais également au Maghreb. Elle grandit dans un milieu conservateur où la seule voie conférée aux femmes est un statut de mère et de femme au foyer.

Elle s’investit pourtant dés son plus jeune âge, dans le dessin, mais cette occupation n’étant pas du goût de son entourage, elle doit abandonner ses ambitions artistiques pour se plier au sort réservé aux filles que l’on prépare à devenir des mères au foyer soumises à leur futur époux.

Elle continue cependant à dessiner en cachette et elle réussit à passer plusieurs examens en dépit de ces interdictions familiales, ce qui lui permettra, quelques années plus tard, de devenir enseignante tout en travaillant parallèlement dans différents journaux, comme rédactrice mais aussi comme dessinatrice de presse..

Après avoir réalisé un  » Agenda illustré « , en 1991 pour les Ed. Lamalife, elle a publié en 1994 un album,  » L’Algérie des femmes « , femmes sous lois musulmanes, et en 1997  » Vive la démocratie « , un album collectif avec Slim, Gyps, Elho et Fathy, édité par Algérie Solidarité Thionville.

Daiffa2 Nessahra

Daiffa1 Nessahra

Ses œuvres sont alors non seulement empreintes d’influences issues de l’art naïf de l’artiste Baya Mahieddine, mais aussi de l’art symbolique et sensuel de Choukri Mesli.

Daiffa6 Nessahra Daiffa8 NessahraA travers ses dessins, Daïffa traite des problèmes sociaux, tels que le mariage forcé, la pauvreté, la démographie, l’environnement, les rapports Nord-Sud??

Elle dénonce avec humour et ironie, des situations tragi-comiques, parfois injustes, et n’hésite pas à mettre le doigt sur l’absurdité de certains comportements archaïques. L’un des thèmes récurrents abordés par Daïffa est celui de la condition de la femme. Ses dessins ont été exposés en mars 2004 au centre culturel » La Clef « , à Paris où elle s’est exilée afin de pouvoir exercer librement sa profession.

Daiffa3 Nessahra Daiffa9 Nessahra