La reprise des vols intérieurs est une aubaine pour les agences de tourisme et de voyage qui pourront reprendre leurs activités, à l’arrêt depuis plus de neuf (9) mois, et contribuer ainsi à la relance du tourisme national frappé de plein fouet par l’épidémie de Covid-19.

Pour le directeur général du tourisme au ministère du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, Noureddine Nedri, la reprise des vols intérieurs, le 6 décembre dernier, marque un “nouveau départ” pour le tourisme intérieur, en ce sens où elle “permet aux agences de tourisme et de voyage de reprendre leurs activités en proposant des offres diverses et variées à des prix concurrentiels en prévision des vacances scolaires et de fin d’année”.

Le fait que ces vacances coïncident avec la saison touristique saharienne est une chance pour les opérateurs touristiques qui pourront ainsi “relancer leurs activités, même progressivement, après le coup d’arrêt imposé par l’épidémie de nouveau coronavirus et les pertes financières considérables qui en ont découlé”, a estimé le responsable, insistant sur l’impératif pour ces opérateurs de respecter le protocole sanitaire afin de préserver la santé des citoyens.

Il a, dans ce cadre, invité les agences de tourisme à tracer des programmes concurrentiels et à élaborer des circuits divers et variés pour attirer les touristes et rattraper les pertes financières, rappelant la rencontre tenue récemment avec les opérateurs du secteur pour discuter des moyens de relancer le tourisme à travers la reprise des activités des agences de voyages par des offres couvrant toutes les régions du pays, surtout le Grand sud.

Les directions du tourisme de 14 wilayas sahariennes ont été invitées, dans ce cadre, à associer tous les opérateurs dans la promotion du tourisme saharien à travers l’organisation de sorties dans ces régions et la proposition des offres sur les réseaux sociaux et les différents médias, notamment dans les wilayas de Tamanrasset, Illizi, Béchar, Biskra et Ghardaïa, a indiqué M. Nedri.




La reprise des vols intérieurs : une décision judicieuse, mais insuffisante

De son côté, le Secrétaire général (SG) de la Fédération nationale des associations des agences de tourisme et de voyages (FNAT), Raouf Nouma a estimé que la réouverture des lignes domestiques, quand bien même partielle, demeurerait certes une “bonne” décision, mais qui intervient “en retard, en ce sens qu’elle ne contribuera pas suffisamment à la relance de l’activité touristique locale, du fait des pertes financières occasionnées obligeant nombre d’agences à déposer le bilan et libérer les compétences parmi les travailleurs”.

Et de poursuivre “plusieurs agences se retrouvent actuellement incapables de reprendre leurs activités et offrir des prestations diversifiées, même après la reprise du trafic aérien, du fait des répercussions du coronavirus sur l’activité économique”.

M. Nouma souligne également qu'”il est encore trop tôt d’évoquer la promotion de l’investissement touristique en termes de diversification des circuits, car la plupart des agences qui ont repris du service à 50% manquent de moyens financiers nécessaires et s’adonnent actuellement à l’exploitation du produit touristique disponible”.

Suspendues depuis plus de 8 mois, les lignes domestiques du trafic aérien pour le transport des voyageurs avaient repris du service le 6 décembre passé dans le strict respect du protocole sanitaire.

Le porte-parole officiel d’Air Algérie, Amine Andaloussi, avait rappelé que la reprise des vols domestiques concernerait la totalité des dessertes de/vers les wilayas du sud et, dans une première étape, 50 % des vols desservant celles du nord du pays.