Le directeur local du tourisme et de l’artisanat, Mehdi Zidani, a mis l’accent sur la nécessité d’engager les acteurs touristiques dans une démarche collaborative visant à promouvoir l’activité touristique et artisanale, mais surtout à développer de nouvelles approches de gestion et de préservation du patrimoine culturel et archéologique à Tamanrasset.

À l’initiative de la direction locale du tourisme et de l’artisanat, plusieurs caravanes de sensibilisation à la propreté des sites touristiques ont été lancées à destination de Tagmart, Tamekrest et Amsel, localités situées respectivement à 25, 50 et 30 km du chef-lieu de la commune de Tamanrasset. Le coup d’envoi de ces caravanes, rendues possibles grâce à la précieuse collaboration des agences de voyages de cette wilaya touristique par excellence et de la chambre locale de l’artisanat et des métiers, a été donné, lundi 9 novembre, par le wali de Tamanrasset, Mustapha Guerriche, en présence des autorités locales et des tour-opérateurs qui ont vivement salué cette opération coïncidant avec le lancement de la saison du tourisme saharien.

Les caravaniers sillonneront ainsi les sites prisés par les touristes tant nationaux qu’étrangers afin d’éveiller les consciences sur l’impératif de préserver les endroits de villégiature et, du coup, pouvoir relancer l’activité touristique dans cette région, qui est, faut-il le rappeler, frappée de plein fouet par le marasme depuis février 2010, date de la fermeture du Tassili Hoggar et du verrouillage du tourisme réceptif pour des raisons “sécuritaires”. Notons que ces deux dernières années, beaucoup d’actions ont été entreprises dans le but de redonner du souffle à ce secteur agonisant dans la capitale de l’Ahaggar, cependant la relance touristique demeure tributaire d’une véritable “volonté politique”, estime un voyagiste qui en appelle au premier responsable du secteur pour prendre des mesures urgentes à même de sauver le tourisme saharien, ou du moins ce qui en reste.

Tamanrasset
La campagne pour la propreté des sites touristiques bat son plein avant le lancement de la saison du tourisme saharien.© D.R

Pour ce voyagiste, il est aussi impératif de coordonner avec d’autres départements ministériels, notamment ceux de l’environnement et de la culture, pour actualiser l’inventaire du patrimoine matériel et immatériel de cette région qui jouit d’une réputation internationale. Pour ce faire, il a préconisé d’impliquer la société civile dans la gestion participative des joyaux susceptibles de hisser l’Ahaggar au top 10 des destinations touristiques mondiales.

De son côté, M. Zidani a mis l’accent sur la nécessité d’engager les acteurs touristiques dans une démarche collaborative visant à promouvoir l’activité touristique et artisanale, mais surtout à développer de nouvelles approches de gestion et de préservation du patrimoine culturel et archéologique de la wilaya.

Par ailleurs, en marge des journées portes ouvertes abritées par la maison de l’artisanat, M. Zidani a fait part de l’organisation d’une session de formation aux techniques de e-marketing au profit des artisans et opérateurs touristiques à l’effet de les aider à se mettre au diapason des nouvelles exigences technologiques en matière de promotion des produits et services touristiques et mieux s’adapter au climat d’affaires imposé par la crise sanitaire.