Avec la technologie 5G, le tourisme deviendra connecté sur tous les plans. Que ce soit en transport, en culture ou en hôtellerie, cette nouvelle génération de réseau sans fil apportera de nombreuses améliorations et plusieurs avancements technologiques. L’implantation de la technologie 5G risque de bouleverser plusieurs secteurs d’activité dans le milieu du voyage. Bien que son utilisation par le grand public ne soit prévue que dans quelques années, cette nouvelle technologie amène à se questionner sur son potentiel pour le tourisme. Voici quelques réponses.

Pour certaines technologies employées en tourisme, comme les réalités virtuelle et augmentée, le nouveau réseau exploite une bande passante supérieure. Le temps de latence réduit améliore le contenu, en plus de la synchronisation entre les mouvements du participant et le visuel. L’expérience deviendra beaucoup plus immersive. La vitesse, la quantité de données transférables ainsi que la diminution du temps de réaction auront aussi un impact sur l’intelligence artificielle.

Le traitement de l’information et la réponse des machines ou des applications utilisant cette technologie seront plus efficaces. La technologie 5G permet également le déploiement de l’Internet des objets à grande échelle, puisqu’elle donne l’occasion à plus d’appareils d’être connectés en même temps et d’augmenter la vitesse des échanges.

Transport

La nouvelle génération de réseau sans fil permettra d’accroître la ponctualité et la sécurité dans les aéroports, les gares, etc. L’information aux passagers deviendra plus précise et sera transmise en temps réel. La technologie 5G aura un impact important sur la conduite automobile, qui sera plus sécuritaire et autonome.

Hôtellerie

L’intégration des technologies dans les hôtels deviendra incontournable pour offrir une expérience unique aux clients. Que ce soit les chambres connectées, les assistants vocaux, les chatbots, etc., ces établissements seront beaucoup plus performants grâce à la technologie 5G et aux améliorations qu’elle apporte à l’intelligence artificielle et à l’Internet des objets. L’InterContinental Shenzhen, en Chine, deviendra le premier hôtel à intégrer cette technologie afin d’offrir des services innovants et plus personnalisés.

Congrès et réunions

L’utilisation de la réalité virtuelle et augmentée pendant un événement sera très efficace, grâce à l’augmentation de la bande passante et à la réduction du temps de latence. La technologie 5G fera diminuer les besoins en Wi-Fi, en plus de simplifier et d’améliorer la diffusion de contenus en ligne et les interactions en direct pendant les conférences.

Festivals et événements

Lors de rassemblements intérieurs ou extérieurs, les réseaux téléphoniques deviendront moins engorgés, pour le plus grand plaisir des participants, qui n’auront plus de difficulté à interagir et à publier des photos de l’événement sur les réseaux sociaux. C’est d’ailleurs ce que le festival de Glastonbury, au Royaume-Uni, souhaite faire en intégrant pour la première fois la technologie 5G à son site lors de sa prochaine édition, en juin 2019.

Culture

La technologie 5G rendra les expériences culturelles beaucoup plus immersives grâce, entre autres, aux avancées des réalités virtuelle et augmentée (voir la vidéo ci-dessous). En plus des activités pour les visiteurs, cette technologie apportera certains bénéfices aux musées. Le potentiel de numérisation et de stockage virtuel des trésors culturels sera développé et la robotique viendra soutenir le travail des conservateurs. Dans le cadre d’un partenariat avec la compagnie de télécommunications Ericsson, le musée de l’Ermitage, à Saint-Pétersbourg, a testé la technologie 5G de plusieurs manières. Par exemple, un bras robotique télécommandé a permis de restaurer un objet d’art avec une très grande précision.

L’Algérie se prépare à la 5G ?

“L’Algérie va, sans aucun doute, déployer la 5G dans un futur proche. Mais, elle devra aller crescendo” tel est le constat de plusieurs spécialistes du monde de la téléphonie mobile, pour eux il est plus que nécessaire de se préparer à l’intégration et l’appropriation de cette nouvelle technologie.

Le développement de la téléphonie mobile 5G dans le monde et son éventuel déploiement en Algérie a fait l’objet à Alger d’un séminaire lors duquel il a été mis en avant l’anticipation de ce changement en vue de permettre une meilleure intégration, appropriation et développement de la 5G, en faisant contribuer les acteurs des TIC dans son écosystème numérique.

La 5G, qui n’est déployée actuellement que dans certains pays, promet une meilleure connectivité et une latence insignifiante, permettant ainsi d’améliorer significativement les technologies de l’information et de la communication et donnant une nouvelle dynamique dans les activités économiques.

A cet égard, le directeur général de l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), Abdelhakim Bensaoula, a indiqué, à ce propos, que toute nouvelle technologie en relation avec la téléphonie et l’internet mobile “nécessite la disponibilité de la fréquence, qui est une ressource très limité, posant ainsi un problème énorme dans le monde, tout comme en Algérie”.

“Quand on assigne des fréquences à des technologies, comme la 2G, la 3G et la 4G, les nouvelles technologies mobiles nécessitent également des fréquences à libérer, soit des anciennes technologies soit de trouver d’autres solutions pour y remédier”, a-t-il expliqué, estimant que l’Algérie “doit s’adapter à toute nouvelle technologie pour être au diapason des pays les plus développés”.

De son côté, M. Mourad Kebli, responsable des solutions réseau radio chez l’opérateur Huawei, a souligné la nécessité de se préparer à aller vers cette technologie en choisissant d’emblée le spectre de fréquences à utiliser, indiquant que la plupart des pays, ayant adopté la 5G, utilisent la bande C (3.5 GHZ). Tout en appelant à libérer les fréquences, il a expliqué que “plus un opérateur possède des fréquences (ondes qui se propagent et permettent de diffuser des informations), plus il peut varier les configurations de déploiements et proposer une meilleure qualité de service en fonction des besoins”.